A méditer...

Pas de progression vous avez dit ?

8 décembre 2017

On m’a posé cette question récemment : « si on ne médite pas pour s’améliorer, mais alors pourquoi méditer ? »

C’est parfois approprié de vouloir s’améliorer et progresser. On se met la pression pour cela et on fait notre maximum, avec des réussites et des échecs. Le problème, c’est que l’on finit par appliquer cette logique partout, pour tout et tout le temps : le travail, le sport, l’éducation des enfants, la vie de couple…

Personnellement, je suis le premier à être perfectionniste et critique dans tout ce que j’entreprends et je m’énerve facilement quand je n’y arrive pas comme je veux.

La pratique de la méditation est précieuse justement parce qu’elle n’a pas d’objectif. Parce qu’il n’y a rien à réussir et rien à rater, on se donne le droit d’être tel que l’on est. C’est ce que j’aime dans la pratique : pas de tri dans ce qui me plait ou ce qui me déplait, pas besoin de critiquer ou de changer quoique ce soit pendant un instant. OUF !

C’est très réconfortant et déculpabilisant. Je n’ai ni à être plus calme, ni à être plus efficace, ni à être moins confus, ni à être plus détendu, ni à bien pratiquer… Rien de rien, de rien !

Je reviens simplement à mon souffle avec délicatesse. La douceur de l’air que j’expire est tout ce dont j’ai besoin à cet instant… Tout est ré-accordé, rien ne manque.

Thomas