A méditer...

Avoir confiance en la vie

17 août 2021

Stage du 18 au 23 juillet – L'Ecole de Méditation 

De quelle confiance parle-ton ? En quoi ce stage nous permet de toucher un sens de confiance en la vie ?

La plupart du temps, on parle de « confiance en soi » et on entend par là le fait de réussir, d’être le meilleur, d’être sûr, d’être réassuré, de dominer, de contrôler la situation…

Ce que j’ai découvert dans l’École au travers de ce stage et des enseignements, c’est qu’il s’agit plus de « se confier » à la présence que de vouloir tout contrôler.

Le mot confiance a des liens étymologiques étroits avec le verbe latin confidere qui signifie « se confier ».  C’est comme pour un ami en qui on a pleinement confiance, on est disposé à se confier à lui, on ne se sent plus jugé, on se sent entièrement accepté. On sait qu’avec lui, on peut se détendre car il sait apprécier pleinement nos qualités et nos défauts.

S’en remettre à ce qui se passe

C’est l’expérience que l’on peut faire dans la pratique de la méditation : on se confie au son qui nous parvient, on se confie à l’assise sur le coussin, on se confie au souffle de la vie qui nous anime et on peut même se confier à nos pensées, à nos émotions, à nos tensions…. On s’en remet à ce qui se passe sans vouloir le changer et on découvre ainsi que l’on peut se foutre la paix et se détendre pour de bon dans ce que l’on est, tel que l’on est.

C’est comme lorsque l’on danse, au début on panique on réfléchit à ce que l’on fait, on essaye de gérer, de contrôler, voire de faire bonne impression mais en faisant cela on ne danse pas. Et à un moment on s’abandonne à la danse, on se confie au mouvement même, on se confie au rythme de la danse sans se soucier de ce que l’on peut en penser ou de savoir si on « assure ». On touche un sens de confiance parce que l’on se fout la paix. On danse et on sent que c’est bon !

Apprécier la bonté d’être au monde

On pourrait croire à tort que le stage 2 sur la confiance nous parle d’autre chose que le stage 1 sur la présence. En fait, dans le stage 2, on entre simplement dans la profondeur de l’expérience méditative, notamment en explorant nos perceptions corporelles qui n’ont pas de limite. En explorant ce monde infini, on apprécie pleinement la bonté et la joie d’être au monde.

C’est de cette reconnaissance profonde, du caractère fondamentalement bon et précieux de la vie, que nait la confiance. Non pas la confiance ordinaire dont on nous parle dans les magazines, mais une vraie confiance en la vie : une confiance inconditionnelle !

Moi, ce qui m’a le plus étonné sur ce stage, c’est de voir combien c’est simple et profond à la fois. Il y a juste à s’asseoir et à demeurer assis. Ainsi, on se relie naturellement à la vie, on se re-synchronise avec elle, c’est de là que naît une confiance nouvelle, fraiche, vive et ouverte !

Bienvenue à tous sur le stage 2 !

Thomas Gusatto